Note sur Hannibal, saison 1.

Si j'ai toujours été un admirateur du docteur Hannibal Lecter, je n'ai jamais été, en revanche, un très grand fan des films, ni vraiment un ardant défenseur de la littérarité des romans de Thomas Harris. Je vais jusqu'à penser que la plus belle vision d'Hannibal n’est pas celle de Harris, certainement pas celle de Ridley Scott, mais bel et bien celle de Hans Zimmer — le génial compositeur de la BO du film Hannibal. Mais, répétons-le, j'ai toujours été un grand admirateur du docteur Lecter. Alors, que vaut la toute nouvelle série Hannibal ? Disons-le tout net : Mads Mikkelsen, le nouvel Hannibal, a détrôné Anthony Hopkins dans mon cœur (!) Mads Mikkelsen apparaît moins fougueux, moins fou même que son prédécesseur, mais dispose de plus de prestance, de plus de froideur, de plus de crédibilité. Partant de là, comment être déçu ? Cette saison 1 a-t-elle des défauts ? Trop d'effet gore peut-être, pour une série au final tout autant horrifique (l'esthétisme des cadavres évoque Clive Barker) que psychologique ; un personnage secondaire de profiler un brin antipathique, quoiqu'au capital sympathie en progression au fil des épisodes. Pas vraiment d'autres défauts en vue, si ce n'est le déroulement un peu hâtif des enquêtes annexes — détail insignifiant pour qui admire le personnage de Lecter, sa construction, sa retenue, ses goûts musicaux, osons ajouter sa cuisine et son chaleureux bureau de psychanalyste. Nous attendons la saison 2. [Tous les articles cinéma et séries]

3 commentaires:

  1. Juste trauma par la fin ; ce revirement de situation m'a frustrée. J'attends avec impatience la deuxième saison moi aussi.
    Je n'arrive pas à remplacer pourtant Anthony Hopkins par Le Chiffre, parce que j'ai beau avoir vu et vraiment apprécié cette série, Mads Mikkelsen reste pour moi le "méchant" Chiffre de James Bond, et je m'attendais toujours à le voir pleurer du sang. Ceci dit, il a bel et bien un charisme de serial cannibale et une classe de tous les diables, alors soit. Mais c'est Hopkins qui fait manger des cerveaux, qui défigure des Gary Oldman, et inspire Ralph Fiennes dans son délire de manger des originaux de William Blake.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas vu le James Bond avec Mads Mikkelsen, mais je gage que ce dernier nous réserve pas mal d'horreurs sans doute égale à celle de Hopkins dans la saison 2.

    RépondreSupprimer