Note sur The Walls of the Castle de Tom Piccirilli.

Sur les 150 produits, seuls trois des textes de Monsieur Piccirilli sont parus en France. Les deux excellents romans La Rédemption du Marchand de sable et Un chœur d’enfants maudits. Et la relativement bonne nouvelle “Alchimie” (dans Ténèbres 2011 chez Dreampress). Un auteur à suivre donc, écrivant à la frontière entre le thriller, l’horreur et le weird. La couverture (réussie) donne le ton gothique de l’ouvrage. The Walls of the Castle est une novella d’horreur psychologique à l’incipit et à l’argument prometteurs. Un père ne veut plus quitter l’hôpital (tentaculaire) dans lequel son fils est mort. Il hante les lieux, vole médicaments et nourriture, en découd avec les gardes et, surtout, casse la gueule des détraqués qui, par dizaine, tuent ou torturent les malades. Crime fiction, horror, “haunting story of a soul trapped in guilt and loss”… The Walls of the Castle, malheureusement, promet plus qu’il ne donne. L’hôpital n’est pas assez mis en avant : le parallèle entre sa structure labyrinthique et l’âme tourmentée du père-se-fantômatisant reste à l’état de fantasme de l’auteur. D’où une frustration croissante à mesure de la lecture, lorsqu’on prend conscience que la novella ne dépassera pas le stade du “cassage de gueule” et que si peu de ténèbres, au final, se cachent derrière les murs du château. (Pas totalement mauvais, loin dêtre illisible, mais en deçà des précédents travaux de Tom Piccirilli.) [Toutes les notes littéraires]

2 commentaires:

  1. Je ne connais cet auteur que de (bonne) réputation, mais j'ai su que, récemment, il était tombé gravement malade. Est-ce que tu saurais s'il va mieux ?

    A.C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignorais qu'il était malade. C'est un grand auteur en tout cas, je vais continuer à poursuivre son œuvre en anglais, pour dégoter d'autres pépites semblables à Un chœur d'enfants maudits.

      Supprimer