Note sur Jack l'Éventreur de Robert Desnos.

Jack l'Éventreur de Robert Desnos (1997, Éditions Allia) recueille neuf articles parus en 1928, quarante ans après les crimes de Jack. Avant d'être criminologique, son intérêt est littéraire. Les quarante premières pages décrivent onze meurtres (ou plutôt onze cadavres) attribués à Jack. Les vingt pages restantes relatent la rencontre, sans aucun doute fictive, entre Robert Desnos et un ami de Jack. La thèse développée concernant l'identité du tueur est, je crois, inédite. La prose est simple, élégante. L'ensemble remémore Poe, De Quincey. Un fragment, page 14, “L’ivrognesse est toujours étendue sur le trottoir au centre d’un grand tapis de pourpre où les astres se reflètent.” [Toutes les notes littéraires]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire